Langue:

Accidents dans les sites miniers

100_1628

Accidents dans les sites miniers

Accidents dans les sites miniers les orpailleurs outillés en premiers secours.

Ils ont été formés pendant trois jours par des experts du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Faisant suite à une résolution du Comite de Pilotage de 2015, un atelier de formation sur la sécurisation d’un site minier, a été organisé par le Cadre d’Appui et de Promotion de l’Artisanat Minier (CAPAM), dans l’Arrondissement de Batouri, département de la Kadey, région de l’EST. La formation de trois jours a permis aux acteurs du secteur de l’exploitation minière artisanale de savoir quoi faire pour réduire les risques d’accidents auxquels ils sont exposés dans les chantiers. La formation les a édifiés sur les types de risques, les techniques de surveillance et l’organisation des secours et les gestes de premiers secours.

Les artisans miniers ont ainsi eu l’occasion de s’exercer à la pratique des premiers gestes de secours. Cette formation donnée par les experts venus de la Direction de la Protection Civile du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation MINATD, assistés des infirmiers et de membres du corps des sapeurs pompiers les a édifiée sur les techniques d’alertes aux populations et les mesures à prendre pour leur entourage. Au-delà de cette alerte, ils ont appris comment supprimer ou écarter un danger pour assurer sa protection, celle de la victime et des témoins. Entre autres exercices pratiques, les participants ont renforcé leurs capacités en matière de réanimation cardio-respiratoire à l’aide d’un défibrillateur automatique externe, pour le cas d’une victime inconsciente qui ne respire plus, et la réalisation d’une mise en position latérale pour assurer la sécurité de la victime inconscient qui respire. D’ après les responsables des brigades minières de la région de l’Est, connus sous l’appellation de Sites Managers, les cas de noyades et d’éboulements se comptent par dizaine au cours d’une année, dans les chantiers d’exploitation artisanales de l’or. Pour le Directeur de la protection civile, les séminaristes ont été formés sur « l’ensemble des gestes et techniques posé par un secouriste formé permettant de maintenir en vie une victime et quand c’est nécessaire jusqu’à l’arrivée des spécialistes pour la prise en charge en milieu spécialisé ». Avec cette formation, le comité de pilotage du CAPAM apporte une réponse concrète au besoin de mesures préventives contre les accidents et autres risques identifiés dans les sites d’exploitation artisanales de l’or. Des Risques parfois générés par une population très souvent inconsciente de la menace qu’elle crée du fait de l’activité qu’elle exerce.

Léa NGUELE

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.